Rechercher
  • Caroline

Les régimes font-ils grossir ?


Les régimes amaigrissants ont déjà commencé à faire leur apparition sur les magazines féminins en vue de l’été. Mais sont-ils efficaces ? Seraient-ils dangereux pour notre santé ?

D’après l’étude INCA 2 *, 30 % des femmes ayant un IMC (Indice de Masse Corporel: Poids/Taille au carré) « normal » et 15 % des femmes minces (IMC < 22) ont suivi un régime amaigrissant pendant l’enquête ou avaient suivi un régime amaigrissant pendant l’année précédent l’enquête. Ces chiffres posent déjà la question de la nécessité d’entreprendre un régime…

Pour comprendre l’impact des régimes sur notre santé, détaillons le fonctionnement de notre organisme :

Les besoins énergétiques

Ce sont l’addition :

  • du métabolisme de base : énergie minimale dont notre corps a besoin pour les fonctions vitales : respirer, digérer… (il représente 70% de notre dépense énergétique totale)

  • et de l’activité physique : énergie dépensée quotidiennement par la marche, le sport…

Ils sont souvent mesurés en kilocalories.

La balance énergétique

Les aliments permettent de couvrir les besoins énergétiques, ce sont « les entrées ». Cette énergie, soit nous l’utilisons, soit nous la mettons en réserve pour les périodes de jeun ou si les apports sont insuffisants. Ce stock d’énergie se trouve sous forme de graisse.

La balance énergétique nous permet de gérer les entrées et le stock d’énergie.

Si nous faisons un excès de calories, notre organisme est capable de réguler notre faim et d'augmenter notre métabolisme de base.

Mais si ces excès se reproduisent, sur le long terme, les réserves d’énergie augmenteront et nous prendront du poids.

A l’inverse, si nous ne consommons pas assez d’énergie nous diminuons nos réserves donc nous perdons du poids.

Que se passe-t-il en cas de régime restrictif ?

Notre corps considère cette période comme un jeun, il met en place un système de régulation via le tube digestif, la graisse en réserve et notre cerveau: il y a une modification des sensations alimentaires (augmentation de la faim, diminution de la satiété) et une modification de la dépense énergétique (économies d’énergie en diminuant le métabolisme de base).

L’organisme garde en mémoire ces périodes de restriction alimentaire, et ce sur des mois voire des années. Et, plus on fait de régime, plus ce phénomène s’accentue, c’est l’effet yoyo.

80 % des personnes reprennent du poids un an après la fin de leur régime**.

Conclusion **

  • Pour réduire les risques de reprise de poids, l’évolution des habitudes alimentaires doit être associée à une activité physique régulière.

  • Rien ne peut remplacer, en terme de santé, une alimentation équilibrée, diversifiée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins.

  • L'obésité est une maladie chronique multifactorielle et sa prise en charge nécessite une démarche interdisciplinaire (médecin nutritionniste, endocrinologue, diététicien, psychologue, etc.).

Pour illustrer l’article, un peu d'humour avec le blog canadien, le "Pharmachien": http://lepharmachien.com/regime/

* Deuxième étude individuelle nationale des consommations alimentaires (2006-2007), les résultats de l’étude INCA 3 (3014-2015) sont attendus ce 2ème trimestre 2017.

** Dossier de presse, ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), Risques sanitaires liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement, 25 novembre 2010.

#régimerestrictif #effetyoyo

14 vues