Rechercher
  • Cécile

On bouge pour éloigner la maladie


Octobre rose a laissé sa place à Movember ?

Le post de cette semaine est en lien avec ces deux évènements pour rappeler la place de l'activité physique dans la lutte contre le cancer.

Petits rappels pour ceux qui ne le savent pas :

Octobre rose, c'est, depuis plus de vingt ans maintenant, un mois de sensibilisation au

cancer du sein pour en favoriser le dépistage précoce et ainsi améliorer le pronostic.

Difficile de passer à côté des nombreux évènements, partout dans le pays, organisés pour battre en retrait ce fléau, première cause de mortalité chez les femmes : les courses Odysséa, les distributions de roses, le port d'un ruban rose, ...

Movember est une manifestation plus jeune, qui, durant le mois de novembre, chaque année, met en lumière les causes de mort prématurée les plus répandues chez les hommes, à l'échelle internationale.

Parmi elle, on retrouve les cancers masculins de la prostate et des testicules.

La mise en lumière la plus courante ? Se laisser pousser la moustache durant tout le mois !

Et l'activité physique dans tout ça ?

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), met désormais l'accent sur le rôle joué par une mauvaise alimentation et la sédentarité dans certains cancers.*

En quelques points , l'activité physique, en prévention *:

- permet de lutter contre le surpoids et l'obésité, qui sont des facteurs de risque du cancer du sein.

- joue un effet préventif sur le cancer du sein (chez les femmes ménopausées), de l'endomètre (toutes les femmes) et du côlon (les deux sexes).

- fait partie de la lutte contre le tabac, lui même facteurs de risque de plusieurs cancers (poumons, vessie,...).

- les preuves sont encore limitées, mais elle aurait un impact positif sur les cancers de la prostate, du pancréas et des poumons.

Les bénéfices de l'activité physique, une fois la maladie présente sont aussi réels... Même s'il faut parfois encore lutter contre les croyances de l'entourage, en dépit de preuves scientifiques nombreuses.

On pratique de plus en plus, durant le traitement de cancers, des activités sportives avec une amélioration de la fatigue et donc de la qualité de vie des patients.

Quelques exemples : la marche nordique, l'escrime, le karaté, la course à pied, ou encore le dragon boat font partie des disciplines proposées ici et là aux femmes après cancer du sein.

Alors, on met ses baskets, ses palmes, ses skis,... ce que l'on veut, mais on se bouge pour repousser la maladie et mettre toutes les chances de son côté !

Pour en savoir plus :

www.cancerdusein.org

www.movember.com

*Source : Prescription des activités physiques en prévention et en thérapeutique, de F. Despiesse et O. Coste

#cancer #santé #activitéphysique

0 vue