Rechercher
  • Cécile

Mal au dos ? On fait le point sur ce qui marche

Mis à jour : juin 30


Souffrir du dos, c'est tellement fréquent qu'on estime que les 3/4 de la population auront mal au moins une fois dans leur vie.

En revanche, seuls 10% de ces épisodes aigus passent au stade chronique, c'est à dire qu'ils durent plus de 3 mois.

Pour les personnes qui souffrent, l'objectif n°1, c'est de ne plus avoir mal. Alors on fait le point sur ce qui marche, et dont l'efficacité scientifique est démontrée.



1) Bouger


L'Assurance Maladie nous le dit régulièrement, "Le bon mouvement, c'est le traitement". Et c'est vrai. L'activité physique est la seule thérapeutique efficace à moyen et long terme dans la lombalgie chronique.

On limite le repos strict à 48 heures lors d'une douleur aiguë. Pas plus. L'inactivité n'a pas d'influence sur les douleurs, mais elle en a une, importante, sur les structures permettant de soulager les articulations en question.



2) Muscler son dos



Faire des  abdominaux quand on a mal au dos c'est bien. Mais faire des exercices pour muscler son dos c'est encore mieux. 

Ce qui fait la différence entre les personnes qui ont mal au dos et les autres c'est que le rapport entre les abdominaux et les muscles lombaires est inversé. Ils ont des abdominaux relativement préservés mais on ne voit plus grand chose du côté du bas du dos.



3) S'étirer



L'activité humaine renforce les muscles, elle ne les étire pas. Aussi, faire du sport, bouger, c'est bien. Mais conserver une souplesse dans les différentes articulations est indispensable.

Alors même si vous n'êtes pas contorsionniste, il va falloir gagner en souplesse  pour limiter les tensions inutiles générées par des muscles trop raides.



4) Arrêter le catastrophisme


Avoir mal, personne n'aime ça. Mais quand on a mal au dos, c'est fréquent d'une part, et ce n'est pas inexorable d'autre part.

Alors, on n'oublie pas que lire le compte rendu radiologique, avec ses termes techniques (qui décrivent bien souvent un processus physiologique) qu'on ne comprend pas n'allège pas la douleur.

En regardant les radios des personnes souffrant du dos et celles qui n'ont pas mal, on ne voit pas de différence !

Les examens ne permettent pas de définir la gravité de la situation.




5) Bouger... mais bouger bien


Il n'existe pas d'activité plus recommandable que d'autres.


Non, la natation n'est pas meilleure que les autres sports.

Non, la course à pied n'est pas à proscrire systématiquement chez les lombalgiques.

En revanche, quelque soit l'activité physique pratiquée, il est indispensable de bien la réaliser. C'est pour cette raison que l'aide de professionnels qualifiés et compétents est une excellente stratégie pour aller mieux.