Rechercher
  • Cécile

Octobre rose est là , alors bougeons!

Désormais, nous sommes relativement bien rodés, l’arrivée de l’automne c'est aussi le mois dédié à la mise en lumière des cancers féminins et principalement celui du sein.



On ne revient pas ici sur l'importance du dépistage et la prévention de cette maladie qui sont bien au cœur de l'évènement durant tout le mois à travers de nombreuses manifestations.

Nous allons, cette semaine, revenir sur l’activité physique et ses bienfaits, que ce soit pour éviter la maladie mais aussi dans l'après, afin de limiter les récidives et d'améliorer la qualité de vie.


Quelques données :


- tout au long de la vie, la pratique d'une activité physique (sportive et /ou ménagère) permet de diminuer le risque de développer un cancer du sein*,

- plus on pratique (en temps) plus l'effet protecteur est important, sans dépasser 9 à 14h par semaine*,

- passé la ménopause, l'intensité de l'effort doit être plus importante pour augmenter les bénéfices de l'activité physique*.


Après cancer du sein, l'activité physique :

- améliore la qualité de vie, la qualité du sommeil*,

- diminue la fatigue*,

- lutte contre la fonte musculaire et l'accumulation de graisses liées aux traitements* (chimiothérapie ou radiothérapie),

- réduit la perte osseuse (due à certaines chimiothérapie)*.



Lorsqu'on pense à se mettre en mouvement, on pense souvent à la marche. Et c'est probablement l'une des solutions les plus simples, efficaces et économiques. Mais, ici, on évoque deux initiatives moins connues, au sein de fédérations sportives, loin des clichés, et qui méritent aussi notre attention.


Escrime

Initiée en région Midi Pyrénées, la disciple s'ouvre désormais aux femmes après cancer du sein. Auprès de maîtres d'armes spécialement formés à la pathologie, dans les clubs ouvrant des sections, le but recherché est l'amélioration de la posture, le travail de la mobilité de l’épaule et l’ouverture à travers une pratique loisir du sabre.

Envie de voir à quoi cela ressemble ? Par ici...



Les RUBieS


Son autre nom c'est le Rugby Union Bien Être Santé. Il s'agit d'une association regroupant actuellement 12 clubs sur le territoire français et qui a pour objet la pratique du rugby sport santé ou rugby à 5 en prévention tertiaire après cancer et en prévention primaire pour les sédentaires. Il s’agit d’une activité physique adaptée collective et bien entendu, les règles sont adaptées !

Envie de voir à quoi cela ressemble ?

Par ici...





Alors, quelque soit l'activité sur laquelle vous portez votre choix, en prévention ou dans les suites de la maladie, les possibilités sont nombreuses et variées.



*Prescription des activités physiques en prévention et en thérapeutique, F. Depiesse O. Coste