Rechercher
  • Caroline

Nutrition pendant et après le cancer


Sujet d'actualité cette semaine, les cancers dits "évitables" sont liés à nos consommations : tabac, alcool, alimentation et surpoids. 4 cancers sur 10 sont concernés.

Mais lorsque l'on est confronté à la maladie, l'alimentation a-t-elle un rôle à jouer?

D'un point de vue nutritionnel, il y a deux priorités lorsque l'on est atteint d'un cancer : lutter contre la dénutrition et prévenir la prise de poids.

Lutter contre la dénutrition

La dénutrition se définie par une perte de poids de 10% de son poids en 6 mois ou de 5 % de son poids en 1 mois. Elle entraine une perte de masse maigre et altère la composition corporelle.

Elle peut être une cause de l'arrêt des traitements et augmente le risque de mortalité.

Elle a des conséquences sur le système immunitaire, augmente le risque d'infection...

Il faut savoir que 40% des malades sont touchés par la dénutrition.

Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées et celles souffrants de certains cancers: ORL, digestifs...

Cette perte de poids peut sembler inéluctable pendant la période des traitements en lien avec les effets secondaires : nausées, troubles du goût, perte d'appétit, trouble du transit...

Pour lutter contre la diminution des apports alimentaires et de ces conséquences, il est indispensable d'avoir des conseils diététiques spécifiques (adaptation des textures et des températures, fractionnement...). Lorsque c'est nécessaire, une nutrition artificielle est mise en place pour améliorer l'état nutritionnel.

Dans de nombreux services, des professionnels de santé (médecins nutritionnistes, diététiciens, infirmiers...) sont présents pour accompagner les personnes rencontrant des difficultés à s'alimenter. Les diététiciens donnent des astuces et techniques culinaires et accompagnent la mise en place de compléments ou de nutrition artificielle.

Prévenir la prise de poids

Il est possible de prendre du poids lors de la prise en charge d'un cancer (selon la pathologie, le traitement...).

Mais le surpoids est reconnu comme un facteur qui augmente le risque de récidive.

Il est alors conseillé d'être accompagné pour limiter cette prise de poids. Il ne s'agit pas de mettre en place un "régime restrictif" ou tout autre alimentation qui pourrait entrainer des carences.

Après le cancer

Le surpoids étant un facteur à risque de tous les cancers, stabiliser son poids voir en perdre lorsque cela est nécessaire sera encouragé.

Cela permettra également de se protéger des maladies cardiovasculaires.

Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont deux éléments protecteurs pour diminuer le risque de récidive ou la survenue d'un cancer.

Réseau NACRE https://www6.inra.fr/nacre/

#alimentationetcancer #dénutrition

10 vues